Culinopathe - A Flower in da Kitchen

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 2 juillet 2008

Moi j'aime nourrir les geeks ou Cookies sablés au chocolat ultra noir

Mon poto Ravana organisait hier un grand rassemblement de geeks de tous poils.
Lorsqu'il m'a annoncé son intention d'organiser cette soirée et la probable présence d'un annonceur qui, pour présenter une machine à expresso, offrirait le café à tous les invités, je lui ai proposé de lui faire des cookies pour aller avec. Sans arrière pensée, sans rien à vendre, ni à promouvoir, juste parce que j'adore avoir des occasions de cuisiner pour les autres et puis que ça me faisait plaisir d'apporter ma petite contribution à moi à un événement qui tenait à coeur à un poto.
Au final je n'ai pas fait que des cookies, pour de bêtes raisons logistiques. Faut le savoir, le plus long, c'est pas de les préparer, c'est de les faire cuire. A raison de 16 cookies et environ 12 minutes par fournée, si j'avais voulu en faire assez pour que tout le monde puisse en avoir, j'étais bonne pour passer la journée toute entière devant le four. Or, il paraîtrait que j'ai un métier *un peu* prenant.
Donc j'ai fait un mix mini-madeleines et cookies.
Pour les mini-madeleines, j'ai simplement repris une recette déja publiée ici.
Pour les cookies, par contre, j'avais envie d'innover par rapport à ma recette traditionnelle, et puis ça faisait un moment que me trottait dans la tête l'envie d'essayer de faire des cookies sur une base de pâte sablée. Des Sablies, quoi :]

Mes Sablies ayant rencontré un franc succès hier soir, en voici donc la recette.

Cookies sablés au chocolat ultra noir



Pour une vingtaine de cookies environ

- 175g de beurre demi-sel bien mou
- 50g de cassonnade
- 15g (2 sachets) de sucre vanillé
- 250g de farine
- 1 oeuf
- 100g de chocolat noir à pâtisser à 85% de cacao (du Lindt en ce qui me concerne)
- 50g de pépites de nougatine

Préchauffer le four à 180°C.

Dans un saladier, travailler le beurre en pommade avec une spatule en bois puis le mélanger avec le sucre roux et le sucre vanillé.
Ajouter la farine et mélanger avec les mains en faisant rouler l'appareil entre vos doigts pour le sabler.
Dans un petit bol, bien battre l'oeuf et en ajouter 3 CS dans le mélange pour le lier.
Avec un grand couteau, concasser le chocolat noir en faisant d'assez gros morceaux.
Incorporer le chocolat concassé et les pépites dans l'appareil et mélanger délicatement avec les doigts pour bien répartir la garniture.

Sur une plaque à pâtisserie, étaler une feuille de papier sulfurisé.
Façonner des boules de la grosseur d'une belle noix et les écraser jusqu'à obtenir l'épaisseur que vous souhaitez pour vos cookies.
Les disposer sur la plaque en les espaçant légèrement (pas d'inquiétude, ils s'étalent très peu à la cuisson) et enfourner pour 10 à 12 minutes.
Les cookies sont cuits quand le contour commence à peine à colorer.
Les sortir alors du four et les laisser refroidir sur la plaque (ils finissent de cuire à l'air libre).

Ils sont absolument terribles à déguster encore tièdes mais aussi complètement refroidis.

samedi 17 novembre 2007

De l'art de prendre soin de ses joueuses (2ème épisode) ou Mini-Madeleines Multicolores aux Parfums Variés

Voilà une nouvelle série de rencontres golfiques qui commence et me voilà rempilant au poste de Capitaine.
Il me faut donc trouver de quoi motiver une dizaine de filles pour qu'elles se lèvent aux aurores le samedi matin et qu'elles aillent arpenter des terrains de golf gelés par un froid glacial.
Non, ce n'est pas une torture réprouvée par la Convention de Genève, c'est une compétition de golf par équipe qui s'appelle la Coupe de Paris.
Que du bonheur.
Heureusement, la plupart de mes nanas sont affublée d'un très vilain défaut (ou pas) : la Gourmandise.
Du coup je les amadoue à coups de sucreries.
Après avoir testé (avec succès !!) la Motivation Muffinesque, j'ai aujourd'hui employé la Méthode Madeleine.
Bon, je vous l'avoue, les performances sportives n'ont pas été mémorables.
Mais mes madeleines, elles, ont remporté un franc succès !

Mini-Madeleines Multicolores aux Parfums Variés


N.B : Comme, une fois n'est pas coutume, je suis assez fière de ma photo, je l'ai également mise en grand format. Vous pouvez donc cliquer dessus pour la voir en plus grand.

Pour une centaine de mini-madeleines :

- 125g de beurre bien mou
- 3 oeufs
- 140g de sucre
- 150g de farine
- 1cc de levure chimique

Pour les madeleines rouges : 1cc d'extrait de vanille et 1cc de colorant rouge
Pour les madeleines vertes : 1cc de thé Matcha
Pour les madeleines jaunes : 1/2 cc d'extrait de citron
Pour les madeleines marrons : 1cc de cacao amer

Préchauffer le four à chaleur tournante 210°C (th. 7)

Dans un grand bol, fouetter vivement les oeufs et le sucre jusqu'à ce que le mélange devienne mousseux et blanchisse un peu.
Ajouter la farine et la levure et bien mélanger jusqu'à obtention d'un mélange homogène.
Travailler le beurre en pommade avec une spatule ou un coupe-pâte pour bien le ramollir et l'ajouter par petits bouts dans le mélange.
L'incorporer à la cuillère en bois.

Diviser la pâte en 4 parts égales dans 4 bols.
Ajouter à chaque portion de pâte les divers ingrédients de couleur et d'arôme.

Remplir aux 3/4 les alvéoles d'une plaque en silicone à mini-madeleines.
Enfourner pour 3 minutes, baisser le four à 180°C (th. 6) et cuire 3 minutes supplémentaires.

Démouler dès la sortie du four et laisser refroidir à l'air libre.
Si vous faites plusieurs fournées, n'oubliez pas de refroidir le moule à l'eau froide !

jeudi 25 octobre 2007

Ben oui c'est bientôt Halloween ma bonne dame ! Ou Muffins tout moelleux au Potiron, Noix variées et Choco très noir

Je sais pas si vous avez remarqué mais ces derniers temps, sur les étals de nos maraîchers et autres rayons fruits & légumes de nos hyper, fleurissent (si on peut dire) Courges, Citrouilles et autres Potirons.
Bon, on me dira, c'est la saison, pas grand chose de surprenant.
Je vous l'accorde.
Moi, la citrouille, j'aime pas trop ça.
La soupe de potiron, en trois mots comme en cent, ça m'emmerde.
Mais quand même, cette jolie couleur orangée, ça donne envie de cuisiner.
Et puis c'est bientôt Halloween alors surfons sur la vague et, à défaut d'être une fashion victim, soyons une kitchen victim.
Voici donc, pour tous ceux qui, comme moi, n'aiment pas le potiron, une recette avec du potiron, mais pas que.
Et sucrée.
Et bonne, en plus.

Muffins tout moelleux au Potiron, Noix variées et Choco très noir



Pour 18 muffins même pas effrayants :

- 450g de potiron
- 30g de noix de pécan
- 30g de noix du Brésil
- 80g de chocolat à au moins 70% de cacao (plus fort si l'amertume ne vous fait pas peur)
- 10cl de lait ribot (ou lait fermenté, ou buttermilk, ou babeurre, selon les endroits et les appellations)
- 50ml d'huile végétale neutre (genre tournesol)
- 2 gros oeufs
- 100g de farine pâtissière
- 100g de farine complète aux céréales
- 100g de sucre de canne complet (au rayon bio)
- 1cc de canelle
- 1 sachet de levure chimique

Préchauffer le four à 180°C (th.6).

Peler et détailler le potiron en cubes.
Faire bouillir une grande casserole d'eau et y jeter le potiron.
Laisser cuire une dizaine de minutes (un morceau de potiron sorti de l'eau doit s'écraser entre vos doigts facilement).
Egoutter le potiron et le passer au mixer.

Hacher grossièrement le chocolat et les noix au couteau.

Dans un grand saladier, mélanger tous les ingrédients secs : les deux farines, le sucre, la levure, la canelle, le chocolat et les noix concassés.
Dans un autre récipient mélanger tous les ingrédients humides : le potiron, le lait, les oeufs et l'huile. Fouetter énergiquement.
Verser le mélange humide sur le mélange sec et mélanger grossièrement à l'aide d'une spatule en bois.
Il ne faut pas trop travailler la pâte, simplement mélanger pour que les ingrédients secs et humides s'amalgament mais pas plus.

Verser la préparation dans des moules à muffins et enfourner.
Laisser cuire 15 à 20 minutes jusqu'à ce qu'une pointe de couteau ou un spaghetti plongé au coeur d'un muffin ressorte sec.

Sortir du four et laisser dans les moules une dizaine de minutes avant de démouler.

lundi 15 octobre 2007

Quand la cuisine ressemble à un cours de maths en plus marrant ou Sabl'Echiquiers au beurre salé

Je le répète encore et encore, mon blog culinaire préféré c'est celui de Sandra, j'ai nommé Le Pétrin.
Depuis que j'y avais vu sa recette de sablés en forme d'échiquier, je n'avais qu'une envie : les tester !!
Le seul truc c'était de trouver le temps.
On me dira "Rhooo t'abuses, les sablés c'est hyper vite fait".
Sauf que.
Pour ceux là, en plus de l'ardeur patissière, il vous faudra vous armer de patience et entreprendre une plongée dans vos souvenirs de cours de géométrie.
Ustensiles indispensables : Un robot ou une bonne spatule. un rouleau à pâtisserie, un coupe-pâte et .... une règle et une équerre !

Voici donc les sabl'échiquiers, basés sur la recette du Pétrin, elle même basée sur une recette de Martha Stewart.
Comme je ne supporte pas de ne pas mettre mon grain de sel dans une recette, évidemment je l'ai adaptée.
Mes parfums : Pour le blanc, vanille / cannelle, pour le noir cacao amer / piment d'espelette.
Et le tout au beurre salé !

Sabl'Echiquiers au beurre salé



Pour une quarantaine de sablés qui s'la pètent :

- 230g de beurre demi-sel ramolli à température ambiante
- 100g de sucre
- 350g de farine
- 1cc d'extrait de vanille
- 1cc de cannelle
- 3CS de cacao amer en poudre
- 1 cuillère à moka de piment d'espelette
- 1 oeuf

Dans le bol du robot muni de la feuille, couper le beurre mou en petits morceaux puis le travailler en pommade avec une spatule en bois.
Ajouter le sucre et battre à vitesse moyenne jusqu'à ce que le mélange devienne bien crémeux.
Baisser à vitesse lente et ajouter la farine petit à petit en décollant régulièrement la préparation des bords à l'aide d'une maryse.

Lorsque la pâte est formée, la verser sur le plan de travail, la rassembler en boule et la fraiser en l'écrasant avec la paume de la main 2 ou 3 fois.
Reformer une boule et diviser le pâton en deux portions égales.
Dans la première, ajouter la vanille et la cannelle et bien malaxer la pâte pour que le mélange soit homogène puis reformer une boule.
Dans la seconde, faire la même chose avec le cacao et le piment d'espelette.

Déposer une boule sur une feuille de papier sulfurisé et l'écraser en un carré grossier avec la main.
Déposer une nouvelle feuille de papier sulfurisé par dessus puis étaler au rouleau pour former un carré bien régulier de 18cm de côté sur environ 1cm d'épaisseur.

Faire de même avec la deuxième boule.

En utilisant une règle et un coupe-pâte ou un couteau très aiguisé, découper chaque carré de pâte en 9 bandes de 2cm de large.

Battre l'oeuf avec un peu d'eau et placer une feuille de film alimentaire sur le plan de travail.

Disposer 3 bandes de pâte sur le plan de travail couvert en alternant les couleurs (exemple 1 bande vanille entre 2 bandes chocolatées). Badigeonner d'oeuf battu le dessus et les interstices et "coller" les 3 bandes de pâtes en les pressant délicatement. Poser par-dessus cette première couche 3 autres bandes de pâte en inversant cette fois les couleurs de façon à former la trame d'un échiquier. "Coller" à l'oeuf battu et finir avec une troisième couche. Envelopper le boudin de pâte obtenu dans le film alimentaire en serrant un peu pour maintenir le tout. Placer au réfrigérateur 30 minutes ou au congélateur pendant 15 min.

Répéter l'opération avec le reste des bandes en inversant les couleurs (1 bande chocolatée entre 2 bandes vanille) et réserver au frais.

Préchauffer le four th 5-6 (170°C).

Garnir deux plaques à pâtisserie de papier sulfurisé.
Découper chaque "boudin" en tranches fines d'environ 0,5 cm en utilisant de préférence un coupe-pâte pour une découpe franche et nette. Déposer au fur et à mesure les sablés sur les plaques.
Enfourner et cuire environ 10 à 12 min (les sablés ne doivent pas dorer). Finir la cuisson en laissant les sablés sur la plaque 2 min hors du four puis les transvaser sur une grille pour refroidir.

Epater tous vos potes avec vos sablés trop classes :)

dimanche 2 septembre 2007

La cuisine c'est aussi du retro-engineering ou Poumpet de Mazamet

J'ai passé un gros paquet des vacances de mon enfance dans une ville du Tarn du nom de Mazamet, d'où ma maman tient son joli accent chantant.
Dans le Tarn, comme dans tous le Sud-Ouest globalement, on est pas en reste niveau cuisine.
Là-bas, 3 spécialités : La Méthode (une charcuterie bonne à se damner, grasse à en pleurer, à base de porc confit dans sa graisse), la Bougnette (un genre de boudin blanc aux herbes, trop bon) et enfin le Poumpet (prononcer "poumpète", un feuilleté au citron).

La recette du Poumpet est un secret bien gardé. Sur le marché de Mazamet, le meilleur Poumpet est vendu par un vieux paranoïaque persuadé que la CIA est à ses trousses pour lui piquer sa recette (je vous jure, c'est véridique). C'est d'ailleurs ce monsieur qui m'a raconté sa version de l'origine du nom "Poumpet".
Selon lui, à l'origine, cette pâtisserie était fabriquée avec de la graisse d'oie. Le gâteau était tellement gras qu'on picolait beaucoup pour le faire passer et qu'à la fin du repas tout le monde était "poumpet" (pompette, en patois local). Franchement, je ne saurais dire à quel point cette explication est véridique, mais comme j'adore ce genre d'histoire, je la colporte à coeur joie.
Toujours est-il que le Poumpet, le vrai de là-bas, pour choper la recette c'est la quête du Graal.
C'est là qu'intervient Gastounette, une copine du forum Supertoinette, mazametaine, qui a improvisé sa propre recette et me l'a gentiment donnée. Après un premier baptême du feu et une comparaison avec le Poumpet du marché de Mazamet, y a de l'idée mais c'est pas encore tout à fait ça.
Qu'à cela ne tienne, maintenant que j'avais la base, il suffisait d'imaginer ce qui manquait, de faire des essais et de trouver des cobayes.
Voilà comment j'ai retrouvé ce qui, à mon avis, et à celui des connaisseurs qui m'entourent, est LA recette idéale du Poumpet.
Et comme je suis partageuse, je vous la livre ici.
Essayez, vous verrez, c'est un délice et en plus c'est très joli, ça impressione toujours les invités.

Poumpet de Mazamet



Pour 6 gourmands citronnés :

- 2 pâtes feuilletées pur beurre toutes prêtes ou, si vous avez le courage, 500g de pâte feuilletée maison
- 1 citron et demi non traités
- 30g de sucre en poudre
- 20g de beurre
- 1cc + quelques gouttes d'arôme naturel de citron
- sucre glace pour la déco

Préchauffer le four à 210°C (th. 7) sur chaleur tournante.

Avec un économe, prélever les zestes de citron. Détailler les lamelles ainsi obtenues en tout petits dés.
Les mettre dans une casserole avec de l'eau froide à hauteur. Porter à ébullition, laisser bouillir 1 minute, égoutter.
Effectuer cette opération 3 fois en tout, elle permet de supprimer l'amertume des zestes.

Couvrir une dernière fois d'eau, juste à hauteur et remettre sur le feu avec 20g de sucre.
Porter et maintenir à petite ébullition en remuant de temps en temps avec une cuillère en bois, jusqu'à évaporation complète du liquide.
Lorsque toute l'eau s'est évaporée, les zestes doivent être complètement confits. Si ils sont encore un peu durs, remettre un peu d'eau et laisser à nouveau bouillir.
Ecraser grossièrement les zestes confits avec le bout de la cuillère en bois.
Hors du feu, ajouter les 20g de beurre, bien remuer pour le faire fondre.
Presser un citron et en ajouter le jus au mélange, ainsi qu'une cc d'arôme naturel de citron.
Bien mélanger.

Dérouler les pâtes feuilletées et les étirer un peu en les accolant, de façon à former un rectangle plus large que haut (ou étaler finement la pâte feuilletée maison en rectangle, sur une feuille de papier sulfurisé).
Diviser virtuellement le rectangle en 3, comme ceci :



Avec une cuillère à soupe ou en bois, prélever les zestes confits en les "essorant" sur le rebord du récipient pour éviter de prendre trop de liquide et les étaler dans la partie centrale de la pâte (numéro 1 sur le schéma).
Bien répartir sur toute la surface de la zone.
Replier ensuite la partie droite (numéro 2 sur le schéma) sur la partie centrale.
Vous vous retrouvez désormais avec le dos de la partie de droite devant vous. Avec un pinceau, le badigeonner généreusement d'une partie du mélange beurre / sucre / citron restant au fond de la casserole.
Replier enfin la partie de gauche (numéro 3 sur le schéma) sur le tout, en la tirant un peu pour pouvoir replier le bord droit sous le reste du gâteau (ça évitera que le feuilleté s'ouvre à la cuisson).
Rajouter quelques gouttes d'extrait de citron au mélange beurre / sucre / citron restant, en badigeonner le dessus du gâteau.
Saupoudrer sur toute la surface le restant du sucre en poudre.

Déposer le Poumpet sur une plaque à pâtisserie (en gardant le papier sulfurisé en dessous) et enfourner pour 18 à 20 minutes.
Il faut bien surveiller les dernières minutes de cuisson de façon à obtenir une belle couleur dorée. Si le Pumpet colore trop vite, le recouvrir d'une feuille d'aluminium.
A la sortie du four, éventuellement saupoudrer de sucre glace pour la déco.

Déguster froid ou à peine tiède.

Essayez ! Vous m'en direz des nouvelles :]

lundi 6 août 2007

Choco Swap ou le Brownie tueur au soupçon de piment d'espelette

J'ai le bonheur de participer au Choco Swap, 2ème édition du nom, organisé par miss LanyLane.
Le principe est simple, il s'agit d'envoyer un colis à une des participantes, colis devant contenir au moins une gourmandise au chocolat faite maison, une gourmandise au chocolat achetée et un objet en rapport avec le chocolat.
En retour, évidemment, on reçoit un colis d'une autre participante.
Après m'être assez longuement trituré les méninges pour savoir ce que j'allais faire comme gourmandise maison, j'ai opté pour un brownie.
Classique, me direz-vous.
Oui mais pas que.
Parce que ce brownie là c'est tout simplement une tuerie.
C'est une recette qui me vient à la base du blog de Lolotte, qui la tient elle-même d'une amie américaine dans la famille de laquelle cette recette se perpétue de génération en génération.
J'y ai apporté ma petite touche perso : le piment d'espelette.

Brownie tueur au soupçon de piment d'espelette



Pour 6 bons mangeurs de chocolat épicé :

- 300g de sucre
- 175g de farine
- 4 CS bombées de cacao amer
- 110g de beurre
- 1 cc d’extrait de vanille
- 3 oeufs
- 1/2 cc de piment d'espelette
- 1/2 cc de canelle

Préchauffer le four à 180ºC (th. 6).

Battre le beurre et le sucre jusqu'à obtenir un mélange bien mousseux.
Ajouter le cacao, la vanille et les épices. Mélanger.
Ajouter les oeufs un à un et bien battre.
Ajouter enfin la farine et battre jusqu'à incorporation.
La pâte obtenue doit être assez épaisse.

Beurrer un moule carré et y verser la pâte.
Enfourner 20 minutes.
Au bout de 20 minutes, planter la pointe d'un couteau, celle ci doit ressortir sèche. Si ce n'est pas le cas, prolonger la cuisson 2 minutes par 2 minutes (attention, on a très vite fait de dépasser la cuisson optimale, donc bien surveiller la fin).

Avoir le courage de supporter d'attendre que le brownie refroidisse.
Se jeter dessus.

jeudi 19 juillet 2007

Papy Brossard peut aller se rhabiller ou Mabré au chocolat juste trop bon

Après quelques jours d'interruption de service dus à une montagne de boulot s'étant abattue sur ma petite personne, me revoici.
Et pas avec n'importe quelle recette, non.
Dans la série de "Je peux cuisiner un truc maison 100 fois meilleur qu'un grand classique du commerce" je vous présente le Marbré de Chocomiel.
Chocomiel c'est une des copines du forum SuperToinette et ça faisait un moment que je voyais passer des posts extatiques au sujet de son marbré au chocolat.
Etant depuis des lustres une ultime fan du Savane au chocolat du pépé Brossard, je me suis dit que je ne pouvais pas passer à côté d'une occasion d'en faire un moi-même.
Et en fait je n'ai pas fait un Savane au chocolat.
J'ai fait un gateau à côté duquel le Savane au chocolat est relégué au rang de vulgaire ersatz de cake premier prix élu Sans Saveur de l'année 2007.

Evidemment, je ne pouvais passer l'existence de ce miracle de la gourmandise sous silence.
Voici donc la recette.

Gateau Marbré au Chocolat



Pour un grand marbré ou deux moyens (je vous assure, même si vous en faites deux, il ne vous en restera pas) :

- 5 oeufs moyens
- 200g de beurre mou
- 300g de sucre en poudre
- 400g de farine
- 1 sachet 1/2 de levure chimique
- 4 càs de cacao amer
- 15cl de lait
- 1 cc d'extrait de vanille (pour la pâte nature)
- 5 CS de lait (pour la pâte au choco)

Préchauffer le four à 210°C (th.7).

Battre le sucre et le beurre jusqu'à ce que le mélange devienne mousseux. Globalement, pour la réalisation de cette recette, je vous conseille vivement un batteur électrique. Plus votre préparation sera battue, plus le marbrage sera beau. Vous pouvez évidemment y aller avec un fouet et de l'huile de coude, mais je décline toute responsabilité quand aux éventuelles courbatures post-marbré :)
Dans un bol, bien battre les oeufs. Les incorporer progressivement au mélange beurre/sucre tout en continuant de battre énergiquement.
Mélanger la farine et la levure.
Incorporer progressivement ce mélange au reste de l'appareil, en alternant avec le lait.
Battre, battre, battre et rebattre, jusqu'à ce le mélange soit lisse et brillant, avec une texture qui rappelle la soie.

Diviser la pâte en deux parts égales (ou inégales si vous préférez votre marbré avec un des deux parfums dominants).

Dans l'une des deux parts, ajouter l'extrait de vanille et à nouveau bien battre.

Délayer le cacao dans les 5 CS de lait, bien mélanger pour éviter les grumeaux.
Incorporer à la deuxième part de pâte.
Bien battre.

Beurrer légèrement un moule à cake.
Verser les pâtes en alternant une couche de chaque.
Pas besoin de mélanger ou quoi que ce soit, le marbrage se fera tout seul lorsque la pâte va lever pendant la cuisson.
Attention à ne pas remplir complètement votre moule, le gateau va beaucoup gonfler.

Enfourner pour 10 miutes, puis baisser la température à 180°C (th.6) et cuire à nouveau entre 20 et 30 minutes. Vérifier la cuisson en plantant un couteau ou une pique. La pointe doit ressortir sèche.

Démouler, admirer le marbrage magnifique puis goûter et banir Papy Brossard de vos pensées à tout jamais.

Note : Comme je n'avais qu'un moule à cake relativement petit, je me suis retrouvée avec beaucoup trop de pâte et pas assez de temps pour faire une deuxième fournée.
J'ai donc utilisé le restant de la pâte pour faire des mini-muffins marbrés et des madeleines marbrées. C'est délicieux aussi, surtout les muffins. Si vous faites cela, il faut cependant réduire le temps de cuisson, 20 minutes au total devraient suffire.

mardi 12 juin 2007

De l'art de prendre soin de ses joueuses ou Muffins allégés à la framboise et Muffins épicés à la nougatine et au chocolat

Etre capitaine d'une équipe de golf, ça consiste surtout à stresser comme une malade pendant 48h, à se lever à 5h du mat' après n'avoir réussi à dormir que deux petites heures ridicules, à passer sa journée à courir partout sur le parcours pour tenter d'apercevoir ses joueuses, à se ronger les ongles jusqu'au sang, à se demander si l'affreuse brûlure qu'on ressent en permanence à l'estomac est un début d'ulcère et à tenter de lire l'avenir dans les entrailles fumantes d'un écureuil qu'on vient de sacrifier dans les bois.
Bon j'avoue, j'exagère. Enfin surtout sur le dernier point. Tout le reste est du domaine du vécu très récent.
Pour moi, le rôle de capitaine consiste aussi à bourrer le sac de mes joueuses de friandises diverses pour pallier à toute infime possibilité d'hypoglycémie sur le terrain.
Chaque jour je leur ai donc distribué à chacune un petit sachet contenant des fraises tagada (accompagnées de consignes du genre "Pour chaque birdie tu as droit d'en manger une"), des barres aux céréales, des sablés maison et des muffins.
La recette des sablés est à venir dans un prochain post, mais l'objet de celui-ci est de vous parler des muffins.
Au programme, j'avais prévu le premier jour des muffins allégés aux framboises (ben oui, c'est des filles tout de même, si je leur file que des trucs à 2000 calories, elles vont m'en vouloir) et pour le deuxième les mêmes mais avec des myrtilles.
Sauf que le destin s'en est mêlé et m'a poussée à improviser une recette qui s'est avérée être, à mon avis et à celui d'un grand nombre de gouteurs, la meilleure recette de muffins de l'univers connu (mais non j'enjolive pas).
En fait, lorsqu'est venu le moment de faire mes muffins à la myrtille samedi soir, je me suis rendue compte que la barquette de fruits que j'avais achetée la veille avait très mal supporté la journée d'attente et que les myrtilles étaient très abimées.
Bien embêtée, j'ai ouvert en grand les portes de mon placard à pâtisserie et j'ai laissé l'inspiration prendre les commandes ...

Muffins épicés à la nougatine et au chocolat (ou "ma recette des muffins ultimes")



Pour 12 muffins à se rouler par terre de bonheur :

- 255g de farine
- 2 cc de levure chimique
- 2 belles cc de mélange 4 épices
- 1/2 cc rase de sel
- 140g de sucre
- 1 oeuf
- 240ml de lait
- 1cc d'extrait de vanille
- 85g de beurre
- 80g de pépites de chocolat
- 30g de pépites de nougatine

Préchauffer le four à 210°C (th.7).
Mélanger dans un saladier les ingrédients secs : farine, levure, sel, sucre, épices, pépites de chocolat et de nougatine.
Mélanger dans un autre saladier les ingrédients liquides : battre l'oeuf, y ajouter le lait, la vanille et le beurre fondu, bien battre pour faire mousser.
Verser le mélange d'ingrédients liquides dans le mélange d'ingrédients secs. Mélanger le tout avec une cuillère en bois.
Ne surtout pas trop travailler la pâte ! C'est normal qu'il reste des grumeaux, il faut simplement mélanger assez pour qu'il ne reste pas de farine "sèche" visible.
Verser la pâte dans des moules à muffins en silicone, aux 3/4.
Enfourner, baisser le four à 180°C (th.6) et laisser cuire 20 minutes.
Les muffins sont cuits lorsqu'ils ont pris une jolie couleur dorée et qu'ils reprennent leur forme si on appuie dessus doucement avec le doigt.

Dévorer et se rouler par terre de bonheur.

Muffins allégés à la framboise

(je n'ai malheureusement pas de photo parce que celles que j'ai faites dans le speed à 5h du matin étaient en fait toutes ratées ...)

Pour 12 muffins moelleux, fruités et légers (1,5 points WW par muffin) :

- 100g de farine
- 60g de sucre
- 1/2 sachet de levure chimique
- 2 oeufs
- 100g de fromage blanc à 0%
- 125g (une barquette) de framboises

Préchauffer le four à 180°C (th.6)

Couper les framboises en petits morceaux. Personnellement, je les coupe en quatre dans le sens de la longueur, puis à nouveau chaque morceau en deux, mais ca dépend aussi de la taille des framboises.
Réserver.

Séparer le jaune d'un des 2 oeufs du blanc. Réserver le blanc.
Dans un saladier, battre énergiquement le jaune, le 2ème oeuf entier et le sucre. Le mélange doit mousser, blanchir, et prendre du volume. Ne pas hésiter à s'aider d'un batteur.
Y ajouter la farine, puis le fromage blanc. De nouveau bien battre le tout.

Verser les framboises coupées dans la préparation et mélanger doucement pour ne pas les écraser.

Monter le blanc restant en neige très très ferme et l'incorporer très délicatement.

Verser la pâte dans des moules à muffins en silicone en les remplissant aux 4/5èmes.
Enfourner pour 13 minutes.

Déguster sans se sentir coupable (et CA, c'est le meilleur).

mercredi 6 juin 2007

Comment transformer un ratage total en super recette ou Petits Gâteaux moelleux à la canelle fourrés au chocolat

Le truc pour pouvoir faire de la pâtisserie sans aucun remord quand on est au régime c'est de trouver des gens pour tout manger.
Et justement, paf, ce week end, Championnat de France de Golf par équipe.
Etant Capitaine de notre équipe, je me dois de veiller au bien-être de mes joueuses sur le terrain. Ce qui veut dire, évidemment, garnir leurs poches de petits biscuits.
Ben oui, on voudrait pas qu'un gargouillement intempestif vienne briser leur concentration et leur fasse rater un coup (elle est pas bonne mon excuse ?).
Comme j'avais envie de leur faire des biscuits fourrés aux fruits, je me suis mise en quête d'une recette.
Pour ça, facile, y a SuperToinette.
Mais comme je me sentais pas de faire 50 biscuits sans avoir d'abord testé le résultat, j'ai décidé de faire quelques biscuits aujourd'hui en divisant les proportions pour voir si ils sont vraiment bons.
C'est là qu'interviennent le boulot, le téléphone qui sonne toutes les 2 minutes, les mails urgents, et tout le bordel.
Forcément, quand on fait la cuisine le téléphone scotché sur l'oreille et l'oeil rivé sur l'écran du portable, on est un peu moins attentive ...
... et là, c'est le drame.
Je me suis complètement plantée dans les divisions (en fait j'ai divisé certains ingrédients et oublié d'en diviser d'autres) et du coup ma pâte n'avait pas du tout la consistance qu'elle était censée avoir.
Consternée devant ce gachis, j'ai songé un moment à tout mettre à la poubelle, la mort dans l'âme.
Et soudain, l'illumination.
Et si j'improvisais quelque chose avec ma base de pâte ?

Petits gâteaux moelleux à la canelle fourrés au chocolat



Pour 15 bouchées choco-épicées :

- 75g de farine à pâtisserie
- 30g de farine complète aux céréales
- 1 CS de germes de blé
- 1/4 de sachet de levure chimique
- 25g de sucre roux
- 25g de sucre glace
- 1 cc de cannelle
- 50g de beurre mou (j'ai utilisé du beurre à 41%)
- 1 oeuf
- 50g de chocolat à cuire à 60%
- 15g de beurre

Dans le bol du robot, mélanger les deux farines, les germes de blé, les sucres, la cannelle, la levure et le beurre.
Malaxer à la feuille à puissance moyenne jusqu'à obtenir un genre de sable épais et grumeleux. Augmenter la puissance et mixer jusqu'à ce que le mélange devienne pâteux.
Ajouter l'oeuf et remixer un bon coup.
Verser la préparation dans un grand bol et mettre au frais 1/2 heure.
Pendant ce temps, faire fondre le chocolat avec le beurre et un peu d'eau, soit au bain marie, soit en mettant uniquement le chocolat et l'eau au micro-ondes 1 minute à faible puissance puis en incorporant le beurre à la cuillère en bois au mélange. Laisser refroidir.

Préchauffer le four à 180°C (th.6)

Dans des petits moules ronds en silicone, verser une demie cuillère à soupe de pâte et en tapisser le fond du moule. Avec une cuillère parisienne, prélever une boule de fourrage au chocolat et la déposer au centre du moule, en appuyant un peu pour que la boule soit enfoncée dans la pâte jusqu'à mi-hauteur. Verser une autre cuillère à soupe de pâte par dessus, en prenant soin qu'elle recouvre bien tout le chocolat.
Enfourner pour 15 minutes. Les gateaux doivent prendre un aspect bien doré.

Et voilà !!
Manger chaud ou froid. Je pense qu'avec un verre de lait c'est rien que du bonheur.
conserver dans une boîte en fer.

samedi 2 juin 2007

Du bonheur en biscuits ou Cookies moelleux à se damner

Suite aux divers écarts des semaines passées et au verdict sans appel de la balance, je m'étais jurée de ne pas faire de pâtisserie ni de boulange cette semaine.
C'était sans compter la partie de jeu de rôle programmée pour hier soir et à laquelle je ne pouvais décemment pas me pointer sans un petit cadeau pour mes camarades joueurs (sans parler du bonus d'XP potentiel que ça pouvait me rapporter ;p).
J'ai donc réédité une recette déja exécutée plusieurs fois avec grand succès en variant ce coup-ci un peu la garniture.

Pour moi, le monde se divise en deux catégories.
Il y a ceux qui aiment les cookies croustillants et ceux qui aiment les cookies moelleux.
Sans appel, je me range du côté des seconds.
Si vous êtes comme moi, cette recette vous ravira tout simplement.

Cookies moelleux à se damner



Pour une vingtaine de damnations au chocolat blanc et une vingtaine de damnations au chocolat noir et à la nougatine (de 1,5 à 2 points WW par cookie selon la taille)

- 200g de farine
- 150g de beurre mou
- 150g de sucre roux
- 1 oeuf
- 2 cc d'extrait de vanille
- 1 cc de levure
- 1/2 cc de sel
- 2 cc de maïzena
- 1 cc de bicarbonate de soude

Pour les garnitures :
- 100g de chocolat noir à 60% grossièrement haché (moi je fais de très grosses pépites)
- 2 bonnes CS de nougatine en sachet

- 150g de chocolat blanc grossièrement haché

Préchauffer le four th. 6 - 180°.
Fouetter le beurre et le sucre jusqu'à obtention d'un appareil souple.
Ajouter l'oeuf et la vanille. Bien mélanger.
Tamiser ensemble la farine, le sel, la maïzena la levure et le bicarbonate.

Diviser la pâte en deux.
Dans une moitié, mélanger avec une cuillère en bois le chocolat noir et la nougatine.
Dans l'autre, le chocolat blanc.

Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, déposer l'équivalent d'une cuillère à café bien bombée de pâte en prenant bien soin d'espacer de 2 bons centimètres chaque paton.
Enfourner 7 minutes.
Sortir du four aussitôt et laisser la cuisson sur la plaque se terminer à l'air libre. C'est très important, les cookies finissent de cuire à ce moment là, forment leur croûte et gardent le moelleux du dedans.

Se retenir de tout engloutir d'un coup (ca serait très très mauvais pour la ligne).

Note : Ils se conservent très bien dans une boîte en fer hermétique (enfin, si il vous en reste, ce dont je doute)
Note 2 : La version chocolat blanc est très sucrée au goût. Si vous le souhaitez, vous pouvez mettre moins de sucre pour ce parfum.

vendredi 25 mai 2007

Le retour de la cuisine verte ou Gateau ultra-léger au thé Matcha

Bon faut bien que je vous l'avoue, mon escapade londonienne a porté un sérieux coup à mon régime.
Forcément, aller là-bas sans manger du bacon et des beans au p'tit déj, pour moi c'est sacrilège.
Si on ajoute à ça que, profitant de la profusion de Philadelphia cream cheese j'ai confectionné un abominablement riche cheesecake (recette à venir très bientôt) et qu'en plus j'ai clos le week-end par mon traditionnel pélerinage chez BK (rhalala le Whopper with Cheese, c'est quand même le summum du raffinement de la junk food), on a vite compris pourquoi ma balance fait la gueule.
Du coup, lorsqu'une violente envie de faire de la pâtisserie m'a prise à la gorge cet après-midi (ben oui, on est culinopathe ou on ne l'est pas), j'ai décidé d'improviser du light.

Et vous savez quoi ?
Ben le résultat est pas dégueu du tout.

Gateau ultra-léger au thé Matcha



Pour 8 muffins tout verts et aux formes un peu étranges (2 points WW par muffin)

- 1 yahourt brassé à 0% (125g)
- 2 oeufs moyens
- 25g d'édulcorant de cuisson en poudre
- 70g de farine
- 50g de maïzena
- 45g de beurre allégé à 41% (attention de bien prendre du beurre qui supporte la cuisson)
- 1 sachet de levure chimique
- 2cc de Matcha en poudre (ou Macha, c'est jamais écrit pareil ...)

Préchauffer le four à 180°C (th. 6) chaleur tournante.

Faire fondre le beurre à la casserole pour obtenir un beurre noisette. Laisser refroidir.
Dans un saladier, mettre le yahourt, puis les oeufs un par un en fouettant bien.
Ajouter l'édulcorant, la farine et la maïzena tamisés puis la levure. A nouveau bien fouetter.
Verser le beurre, fouetter (oui, encore !!).
Finir par le thé.

Verser la préparation dans des moules à muffins en silicone. Attention à ne pas trop remplir, ça gonfle beaucoup !!
On peut aussi faire cuire ça dans un moule à cake, chuis pas intégriste.

Enfourner pour 8 minutes, puis baisser à 150°C (th. 5) et laisser cuire encore 5 minutes.
Démouler et déguster, avec du thé, par exemple :)

vendredi 18 mai 2007

Variation sur un classique ou les Madeleines Surprise au coeur de Nutella

Ca fait un moment que je promets à mon n'amoureux de lui faire des madeleines.
Lui qui ne raffole pas spécialement de l'amande, je lui ai infligé toute une série de financiers aux goûts divers et variés.
Du coup, j'ai décidé de me rattraper.
Vu que demain matin on part pour Londres très tôt, je me suis dit qu'une fournée de madeleines ferait un parfait petit déjeuner à emporter.

D'un autre côté, je sais pas pourquoi, l'idée de faire des "bêtes" madeleines me chiffonait un peu.
Ben oui, en ce moment je suis vraiment en pleine période exploratoire, alors quitte à voler un peu de mon temps de boulot pour faire de la pâtisserie, autant le mettre à profit pour essayer quelque chose de nouveau.

Je vous présente donc ...

Les Madeleines Surprise au coeur de Nutella



Pour la recette de base des madeleines, je suis partie de celle du Pétrin, qui a l'avantage de ne pas nécéssiter de temps de repos au frigo (au temps pour la croyance qui veut que la bosse des madeleines vienne de là).
Pour le reste, j'ai improvisé.

Pour 25 madeleines au coeur tout choco-fondant

- 3 oeufs moyens
- 140g de sucre
- 1 sachet de sucre vanillé
- 1 pincée de sel
- 150g de farine
- 1cc de levure chimique
- 125g de beurre bien mou (mais pas fondu !!)
- Du Nutella (en gros une 10aine de cc)

Mettre le Nutella au frigo pour qu'il soit bien ferme et plus facile à travailler.

Préchauffer le four à 210°C (th.7) (moi j'ai fait ça à chaleur tournante).

Préparer la pâte à madeleines :
Dans un saladier, battre les oeufs entiers avec le sucre, le sucre vanillé et le sel. Quand le mélange est bien mousseux, ajouter la farine et la levure et bien mélanger.
Travailler un peu le beurre en pommade (moi je fais ça avec mon coupe-pâte) et l'incorporer avec une cuillère en bois. Sandra, du blog Le Pétrin, recommande de ne pas trop travailler la pâte. Moi, comme j'avais trop de gros grumeaux de beurre, j'ai fini par touiller vigoureusement et ça n'a pas eu d'impact sur la formation de la bosse des madeleines. Donc, vous pouvez touiller. Par contre, pas la peine de trop trop amalgamer le tout, si il reste des petits grumeaux de beurre, ça va très bien.

Dans des moules à madeleines en silicone, verser environ 1/2 cuillère à soupe de pâte, pour bien tapisser le fond de l'alvéole.
Avec une petite cuillère (ou un truc pour faire les boules de melon si vous avez, c'est encore mieux), prélever une noisette de nutella en essayant de former une petite boule.
Déposer cette boule sur la pâte, sans trop appuyer pour que ca ne coule pas au fond.
Verser une autre 1/2 cuillère à soupe de pâte à madeleines par dessus.
Répéter pour chaque alvéole.

Enfourner et cuire 5 minutes à 210°C (th.7) puis 10 minutes à 180°C (th.6)

Avoir le courage d'attendre qu'elles aient refroidi avant de les dévorer ..

lundi 30 avril 2007

Thérapie Pâtissière ou Financiers à la framboise

Je suis une fille toute en paradoxes.
Bon jusque là, me direz vous, rien de nouveau.
Après tout, ça fait déjà un moment que je me pointe au golf tatouages et piercings à l'air.

Le deuxième truc pas nouveau c'est que je suis au régime. Depuis bientôt trois mois.
Trois loooongs mois de Weight Watchers, à compter les points, dévorer des kilos de courgettes à la vapeur en bavant sur la pizza bolognese double-fromage que Kalou s'enfile à 20 centimètres de moi.

Le paradoxe c'est que, pour éviter de sombrer dans la dépression liée à la privation de fromage et de nutella, je me suis mise à faire de la pâtisserie.
En quantités industrielles.
Que je ne mange pas, évidemment.
Voilà donc quelques semaines que je gave mon entourage de cookies et autres sablés à la canelle.

Faire la cuisine ca me détend, c'est fou.
Et faire de la belle cuisine, ca me rend bêtement heureuse. Sourire niais scotché et tout.
Ca doit être hormonal.

N'empêche que.


Ca ressemble pas à des bouchées de pur bonheur ?

Allez, comme je suis pas rate, en prime, je vous file la recette, adaptée depuis celle du blog "Frais !"

Financiers à la framboise

Pour une cinquantaine de mini-bouchées de pur bonheur

165g de sucre glace
60g de poudre d'amande
15g de miel d'acacia
65g de farine tamisée
1 bonne cuillère à café de levure chimique
90g de beurre
4 gros blancs d'oeuf (ou 5 moyens)
10g (1 bonne cuillère à soupe) d'eau de vie de framboise
50 framboises fraîches

Préchauffer le four Th.7 (chez moi ca fait 210°C)
Mélanger le sucre glace et la poudre d'amande. Moi je le fais au fouet pour casser les morceaux et tamiser un peu le tout.
Ajouter la farine et la levure. Redonner quelques coups de fouet pour bien mélanger.
Préparer un beurre noisette : Mettre le beurre dans une casserole et le faire bouillir jusqu'à ce que la mousse disparaisse et que le beurre sente la noisette. Attention à ne pas le laisser cramer !!!
Verser sur le mélange sucre / amandes / farine / levure et bien mélanger (c'est plus facile si on a un robot mais avec de l'huile de coude ca marche aussi).
Ajouter le miel et les blancs d'oeufs petit à petit. Bien mélanger le tout.
Finir par l'alcool.

Le résultat est un mélange extrêmement onctueux, même un peu liquide.

Il n'y a plus qu'à verser la préparation dans la plaque à mini-financiers et à disposer une framboise au centre de chaque forme.
Faites gaffe, ca va pas mal gonfler donc ne remplissez pas à ras bord.
Si vos framboises sont un peu trop grosses et dépassent beaucoup en hauteur, il suffit de couper une lamelle du dessous de la framboise.

Enfourner !

Pour la cuisson, ma méthode préférée :
4 minutes à th.7 puis 4 minutes à th.6 puis 4 minutes four éteint et porte entrouverte.

C'est un délice tout chaud à la sortie du four mais aussi une fois refroidit :]