Décidément, c'est ma période posts culinaires.
Bon faut dire, c'est ma période culinaire tout court.
A croire que Kalou n'est pas le seul maniaque obsessionnel de l'appart.
Lui c'est l'avion, moi c'est la bouffe.
Kalou la tête dans les nuages et Flaoua les mains dans la pâte à brioche.
Chacun son truc.

Bon, toujours est-il qu'aujourd'hui j'avais décidé de faire des perles de coco.
Pas pour moi, d'abord parce que le régime est pas fini et ensuite parce que la coco, elle ne passera pas par moi (enfin, la noix hein).
Pour mon homme, qui adore ça et que le 13ème c'est ingarable alors c'est relou d'aller jusque là-bas pour lui en acheter des vraies bonnes.
Dûment munie de la recette de Dara et des ingrédients nécessaires suite à une virée chez Tang Frères, je me lance.
Première étape : Faire la pâte jaune à base de graines de soja qui constitue la farce des perles de coco. Ca, facile. Je m'en tire comme une chef.
Deuxième étape : Faire la pâte blanche qui entourera la farce.

Et là, c'est le drame.

Une fois tous les éléments mélangés, je me retrouve avec ça :


Non, vous ne rêvez pas.
C'est vert.
Vert, vert.
M'accrochant à un fol espoir, je me dis que peut-être ca décolorera à la cuisson.
Que tchi !! Une fois cuite, la pâte ressemble aux crocodiles Haribo verts (mes préférés, mais bon, quand même).
Tellement j'en étais déprimée que j'ai oublié de la prendre en photo, du coup vous ratez un grand moment de cuisine from outer space.

Bon j'ai quand même fini par découvrir le pot aux roses.
La farine de riz gluant qui sert à faire cette pâte existe en version blanche et en version verte ... Tellement j'étais pressée de m'extirper de chez Tang que j'ai même pas fait gaffe à la couleur du contenu du paquet (pourtant transparent).

Au final, mes perles de coco ont cette gueule là :


Je me dis que je pourrais transformer ce ratage culinaire en bonne et due forme en courant hyper hype de la cuisine martienne.

Ou pas.