Moi je suis une demoiselle bien élevée.
Quand on me parle d'un plat qui fait partie du répertoire culinaire de ma maman, je dis toujours "Je n'aime que le [insérez ici le nom du plat] de ma maman".
Genre "Je n'aime que le foie gras de ma maman" (ce qui est vrai) (enfin, pas son foie à elle hein, celui qu'elle cuisine, qu'on se comprenne bien) ou "Je n'aime que le cassoulet de ma maman" (ce qui est moins vrai mais je suis prête à sauter à la gorge de quiconque ose dire que celui de ma maman n'est pas le meilleur du monde).
Je me sentirai une cuisinière achevée le jour où quelqu'un prononcera la phrase "Je n'aime que le [insérez ici le nom du plat] de Flaoua".
Du coup, à chaque fois qu'un de mes proches me parle d'un plat qu'il adore, c'est plus fort que moi, faut que j'apprenne à le faire.
C'est comme ça qu'il y a quelques mois je suis tombée dans une frénésie de réalisations de Paris-Brest, pâtisserie préférée de mon Kalou.
C'est comme ça aussi que je me suis lancée dans la confection de Banh Bao.
Les Bao sont des brioches vietnamiennes à la pâte sucrée mais fourrées de préparations salées.
Le fourrage traditionnel se fait avec du porc haché et de l'oeuf dur.
Mon n'amoureux m'ayant révélé qu'il adorait les Bao d'un petit traiteur chinois du 13ème arrondissement, je suis immédiatement entrée en campagne pour lui en faire de meilleurs.
Sauf que je n'ai évidemment pas pu m'empêcher de mettre mon grain de sel dans la recette et d'improviser une farce différente.
Le résultat ayant remporté l'adhésion de Monsieur, en voici la recette.

Banh Bao fourrés au canard laqué



Pour une dizaine de Bao :

Pour la pâte :
- Un demi paquet de farine spéciale pour Bao (à acheter en épicerie asiatique) soit environ 230g
- 45g de sucre
- 125g de lait entier
- 2cc d'huile de tournesol

Pour la farce :
- 200g de canard laqué (personnellement je l'achète chez Tang Gourmet mais vous pouvez aussi vous amuser à le faire vous même)
- 1/2 bouquet de Nira (herbe thaï à mi chemin entre de la ciboulette et de l'oignon nouveau)
- 10g de champignons noirs séchés
- 10g de champignons Shitake parfumés séchés
- 1cc d'huile de sésame
- 1cc d'huile d'olive
- 2CS de sauce d'huître
- 2CS de sauce soja
- sel, poivre

Comme il y a beaucoup d'ingrédients venus d'ailleurs dans cette recette, les voici en photo :


Préparer la pâte en mélangeant la farine spéciale, le lait et le sucre.
Pétrir au robot ou à la main jusqu'à formation d'une boule.
Ajouter l'huile puis pétrir à nouveau quelques minutes.
Mettre la pâte dans un saladier légèrement huilé, filmer et laisser reposer 40 minutes.

Faire tremper les champignons séchés dans de l'eau tiède environ 1/4 d'heure pour les ramollir.
Les émincer finement.
Emincer également le nira et le canard laqué (j'ai enlevé une grande partie du gras du canard lorsque je l'ai émincé, mais j'ai gardé la peau, évidemment).
Faire chauffer l'huile de sésame et l'huile d'olive à feu moyen.
Y faire revenir le nira quelques minutes, ajouter les champignons puis le canard.
Dans un bol, mélanger la sauce d'huître et la sauce soja, verser le mélange dans la poêle et bien mélanger pour imprégner toute la préparation.
Rectifier l'assaisonnement en sel et en poivre selon votre goût.
Laisser mijoter à feu doux un bon quart d'heure.

Lorsque la pâte a fini de reposer, la diviser en 10 boules de taille égale.
Prendre une boule, l'étaler en un rond épais d'un demi centimètre, déposer une cuillère à soupe généreuse de farce au centre puis refermer la boule en pinçant fort pour former un pic.
Répéter l'opération pour chaque boule.

Pour la cuisson, disposer les Bao sur des petits carrés individuels de papier sulfurisé et les faire cuire 25 minutes dans un panier vapeur.
Attention à bien les espacer car ils gonflent pas mal à la cuisson.
Personnellement je les fais cuire 3 par 3, 4 au max.

Les Bao se mangent tièdes, ils se conservent très bien quelques jours au frais dans un tupperware hermétique et se réchauffent en quelques minutes à la vapeur.