N'allez pas croire que je délaisse ce blog.
Enfin plutôt si, croyez le, car c'est l'évidence même, mais bien malgré moi.
Beaucoup trop de travail et le temps de rien, même plus de cuisiner et encore moins celui d'imaginer de nouvelles recettes.
Et pourtant ce n'est pas l'envie et les idées qui manquent !
La plupart malheureusement me demanderaient un temps dont je ne dispose pas.
C'est d'ailleurs là que mon régime en prend un sacré coup, vu que je me nourris plus ou moins n'importe comment et surtout n'importe quand.

Heureusement, la conjonction d'un repas de Rosh Hachana et du détour d'une allée de supermarché m'ont donné une envie trop tentante pour ne pas prendre un peu de temps pour la réaliser.

Rosh Hachana, pour ceux d'entre vous qui ne le savent pas, c'est le nouvel an Juif, que nous avons célébré la semaine dernière.
Bien qu'absolument et farouchement athée, mes racines maternelles sont ancrées dans le judaïsme et c'est un peu pour partir à leur découverte que j'ai accepté une invitation à dîner pour fêter Rosh Hachana dans une famille très pratiquante de ma connaissance.
La coutume veut qu'à l'occasion de cette fête on déguste des mets doux et sucrés, pour appeler une nouvelle année douce comme le miel.
La grenade tient une bonne place parmi ces mets.
C'est donc à cette occasion que ce fruit doux et légèrement acidulé s'est rappelé à mon bon souvenir.
Le dégustant à la cuillère, je me suis promis de lui trouver une place dans une de mes prochaines recettes.

Quelques jours plus tard, accomplissant ma corvée Carrefourienne de remplissage du frigo, je me retrouve nez à nez avec un plein bac de grenades.
Me rappelant ma promesse, j'en enfourne prestement quelques unes dans mon caddy, tout en me demandant vaguement quand est-ce que je trouverais le temps de les cuisiner avant qu'elles ne périssent.

Et bien voilà, le temps est arrivé ce midi.
Enfin disons surtout que je me suis forcée à le prendre, d'abord pour ne pas laisser perdre les fruits, et ensuite parce que j'avais vraiment besoin de me vider la tête et que la cuisine est le meilleur relaxant que je connaisse.
Totalement au hasard, complètement à l'inspiration, parfaitement dans l'improvisation, j'ai mélangé les produits et les saveurs.
Le résultat ?
J'ai regretté de ne pas en avoir fait 2 ou 3 fois plus tellement ca m'a plut.
Alors voilà.

Carpaccio de Saint-Jacques à la Grenade



Pour 2 aventuriers du goût (2 points WW par personne) :

- 8 Noix de Saint-Jacques sans le corail
- 2 Grenades
- 1cc de poudre de gousses de vanille sucrées
- 1cc de jus de citron
- une pincée de fleur de sel de Guérande
- quelques feuilles de coriandre fraiche
- poivre

A l'aide d'un presse agrumes, presser délicatement les grenades. Il faut y aller doucement et patiemment pour ne pas trop malmener les graines.
Récupérer les graines et les réserver.
Verser le jus de grenade dans une petite casserole avec la poudre de vanille et le jus de citron. Porter à ébullution et laisser mijoter quelques minutes.
Laisser tiédir.

Nettoyer et sécher délicatement les noix puis les escaloper finement.
Les disposer à plat dans un plat un peu creux et les recouvrir du jus de grenade vanillé.
Saupoudrer de fleur de sel et poivrer légèrement.
Ajouter quelques graines de grenade.
Ciseler finement la coriandre et la répartir sur les noix.

Laisser mariner au moins une vingtaine de minutes.
Servir accompagné du reste des graines mélangées au reste du jus de grenade.

Note : J'ai utilisé de la poudre de gousses de vanille parce que je n'avais plus de vanille en gousse. Je pense qu'on peut tout aussi bien faire infuser une gousse fendue dans le jus de grenade additionné d'un peu de sucre en poudre ou de sucre vanillé.