Bon en gros, maintenant, vous avez compris le principe je pense.
Quand soudainement je ne poste plus de recettes pendant un laps de temps assez conséquent, c'est que la fameuse Montagne de Taff©™ m'a de nouveau engloutie dans ses profondeurs tentaculaires (en y repensant, ça ne veut probablement rien dire "profondeurs tentaculaires" mais je trouve ça assez évocateur).
Un ami me taquinait hier en me disant que dans ces moments là, il s'inquiétait pour moi. "Ben oui, quand tu postes plus, je me dis que tu as arrêté de manger."
Qu'on se rassure, je mange toujours.
J'ai juste moins de temps pour tester des choses nouvelles et surtout faire les posts qui vont avec.
Mais la Culinopathie étant une maladie coriace, malgré les tonnes de boulot et l'absence totale de temps pour moi, je finis toujours par être inexorablement attirée par mes fourneaux.
Et comme je n'ai pas le temps de faire des courses, ce sont donc les expériences de cuisine du placard qui se poursuivent.

Ce midi (enfin, à 15h, quand j'ai trouvé le temps de faire une pause déjeuner), j'avais envie de poulet au curry.
En fait, très exactement, j'étais restée sur une mi-déception causée par un poulet au curry vite fait que j'avais cuisiné pour mon n'amoureux et qui, s'il n'était pas vraiment raté (le poulet au curry, pas mon n'amoureux), n'était pas non le plus savoureux des poulets au curry que j'aie jamais cuisiné.
Les semi-ratages culinaires m'énervent. Ce moment où l'on sait que ça aurait vraiment pu être top mais qu'un petit rien a fait foirer quelque chose, quelque part. Ca m'agaçe au plus haut point.
Me voilà donc avec mon envie de poulet au curry meilleur.
Et puis vient s'en mêler mon envie d'improviser, de jouer avec du sucré-salé, d'ajouter un petit quelque chose de différent.
20 minutes plus tard, le verdict se traduisait par des petits grognements de satisfaction qui s'échappaient de ma gorge alors que j'engloutissais le plat en le protégeant férocement des attentions de Cisco (mon chat) qui avait décidé qu'au final, lui aussi avait bien envie de poulet au curry.

Voici donc une nouvelle recette à classer dans la catégorie des "express".
Vite fait, vite mangé, original, plein de saveurs.
Miam.

Poulet au Curry, Tomates, Pommes et Canelle



Pour deux stressés-pressés affamés (4,5 points WW par personne):

- 300g d'escalopes de poulet pas trop fines
- 4 échalotes
- 1 belle pomme bien sucrée (Tentation, Royal Gala ou Golden par exemple)
- 2 tomates
- 1CS de curry jaune en poudre
- 1cc de canelle
- 1cc de sucre semoule
- 4CS de crème épaisse à 3%
- sel, poivre

Détailler le poulet en lanières ou en dés.
Emincer les échalotes.
Eplucher la pomme, la couper en deux, puis la détailler en lamelles assez épaisses qu'on recoupera ensuite en deux.
Couper les tomates en quartiers et les recouper également en deux.

Dans une sauteuse, faire chauffer un voile d'huile d'olive. Lorsqu'elle est très chaude, y jeter les échalottes.
Les faire revenir quelques instants, puis baisser à feu moyen et ajouter les morceaux de pomme et de tomate, la canelle et le sucre.
Faire compoter le tout quelques minutes.
Regrouper tout les ingrédients sur un côté de la sauteuse pour stopper la cuisson, remonter à feu vif et jeter les morceaux de poulet.
Faire colorer quelques secondes, ajouter le curry, bien remuer pour imprégner les morceaux de poulet.
Laisser cuire 1 minute, rebaisser à feu moyen, mélanger le poulet et le reste du contenu de la sauteuse.
Saler et poivrer à votre convenance, puis ajouter la crème et bien mélanger.
Laisser cuire une minute supplémentaire puis servir immédiatement.

N.B : On peut manger ce plat complet tel quel ou l'accompagner de riz bien parfumé.
N.B.2 : J'étais partie pour ajouter de la coriandre ciselée au moment de servir, mais j'ai oublié. C'est probablement aussi très bon avec.