Oui je sais "Thaïsante" n'est pas un vrai mot.
Mais en Langue Française comme en Cuisine, moi ce que j'aime, c'est l'impro et le néologisme, et tant pis pour mon siège à l'Académie Française.

D'ailleurs, vu la quantité volaille que je consomme depuis que j'ai commencé ce !@!#@# de régime qui n'en finit pas, je vous jure qu'il me faut désormais déployer des trésors d'ingéniosité et d'inspiration pour arriver à trouver de nouvelles façons de cuisiner dindes et autres poulets et qui n'impliquent pas l'utilisation d'un demi-pot de crème fraiche, voire d'une demie plaquette de beurre (en ce moment je rêve d'un Poulet Grand-Mère mais le calcul des calories me file le tournis).

Permettez-moi donc de vous présenter l'improvisation du jour, ou plutôt son histoire.
Quand j'étais en Thaïlande, j'ai commis l'erreur de tout touriste débutant dans ce pays. Le palais un peu anesthésié par la quantité de piment présente dans la plupart des plats, j'ai eu la brillante idée de commander une salade en me disant qu'au moins ça serait frais et apaisant.
Que nenni ma bonne dame !!
Retenez bien ceci si un jour vous voyagez dans ce pays fabuleux : En Thaïlande, salade = moitié ingrédients divers, moitié piment.
J'ai d'ailleurs bien failli être terrassée par la sauce d'une salade de Papaye qui s'était sournoisement glissée dans une boulette de riz gluant, mais ceci est une autre histoire.
Mais bon, comme au final j'ai survécu à tout ça, je suis rentrée en France en ayant développé un certain goût pour les salades épicées.

Il y a quelques jours, cherchant une idée de déjeuner léger et sachant mon frigo muni d'une escalope de poulet et de diverses crudités, j'ai donc décidé de m'improviser une salade d'inspiration Thaï.
Cependant, comme il me fallait expier quelques excès du à un fêtage intensif de mon anniversaire, l'idée d'exclure toute matière grasse de la préparation me titillait.
Solution : Mais oui mais c'est bien sur !! Cuire le poulet à la vapeur, suis-je bête !
Sitôt dit, sitôt fait, non sans lui adjoindre quelques pincées de poudre de perlimpimpim. Comme toujours, c'est pas parce qu'on mange léger qu'il faut manger fadasse.
Et fadasse, ce n'est clairement pas le mot pour cette salade qui vient d'être élue mon plat préféré du mois.

Poulet vapeur en salade Thaïsante



Pour 2 amateurs de saveurs un peu piquantes (3,5 points WW par personne):

- 2 escalopes de poulet d'environ 150g
- 1 belle gousse d'ail
- 1cc de coriandre moulue
- 1cc de paprika
- 4cc + 3CS de jus de citron
- 2 carottes
- 2 belles poignées de pousses de soja fraiches
- 2 belles échalotes
- 6 brins de coriandre fraîche
- 1 à 2 piments oiseaux séchés (selon le degré de piment que vous souhaitez)
- 2CS de nuoc mam
- 1cc de sucre
- En option : 1 poignée de cacahouètes (compter 1 point WW supplémentaire par personne).


Mettre l'eau à chauffer dans le cuit-vapeur.
Peler, dégermer et écraser l'ail en purée.
Dans un bol, mélanger la coriandre moulue, le paprika, l'ail et les 4cc de citron.
Enduire les escalopes de la pâte ainsi obtenue et les faire cuire à la vapeur pendant 8 minutes (attention, le temps de cuisson doit être adapté à l'épaisseur de vos escalopes. Si vous avez pris des extras-fines par exemple, réduisez au moins de 2 minutes).
Pendant ce temps, raper les carottes et emincer les échalotes.
Préparer la sauce en mélangeant le nuoc mam, le citron restant, le sucre, et les piments oiseaux préalablement finement hachés.
Lorsque le poulet est cuit, le découper en lamelles.
Dans deux bols, répartir les carottes rapées, les pousses de soja, les échalottes, la coriandre fraîche effeuillée et les lamelles de poulet.
Verser une moitié de la sauce dans chaque bol et bien mélanger.
Si vous avez choisi l'option cacahouètes, les concasser et en saupoudrer la salade.

Dévorer !

N.B : On peut accompagner ce plat de riz gluant pour adoucir le côté pimenté.