Plus ça va, moins ça s'arrange : j'ai pas le temps.
Mais je lutte activement contre la tentation de manger n'importe quoi pourvu que ça me remplisse l'estomac, et, de toute façon, si je fais pas un minimum de cuisine, ma Culinopathie aigüe provoque d'abominables crises de manque qui se terminent en confection de brioches à 3h du mat' (mes voisins adorent le bruit de mon pétrin qui carbure en pleine nuit).
Du coup rien de nouveau côté Grande Gastronomie (et je vous parle même pas de la cuisine moléculaire, le carton contenant le kit que j'ai acheté il y a 3 mois est toujours pas déballé) mais par contre ça carbure sévère côté système D et cuisine du placard.

Voici donc une de mes dernières improvisations, garantie 100% rapide et 100% bon, surtout si vous aimez les mélanges doux / amers (si ce n'est pas le cas, omettez juste la roquette et hop).

Poêlée de riz à l'émincé de poulet sauce huître, roquette et coriandre



Pour 2 stressés qui luttent contre la junk food (5 points WW par personne):

- 200g d'escalope de poulet
- 60g de riz thaï ou basmati
- 3 petits oignons sauciers (ou 3 échalotes)
- 2 CS de sauce d'huître
- 2cc de sauce soja
- 2CS de Mirin
- 2 poignées de roquette
- 3 brins de coriandre
- poivre

Faire cuire le riz comme d'habitude.
Emincer le poulet et les oignons.
Ciseler grossièrement la roquette et la coriandre et les réserver.
Dans un bol, mélanger la sauce huître, le soja et le Mirin. Y mettre les morceaux de poulet à mariner juste le temps que le riz soit cuit.
Dans une sauteuse, faire chauffer un voile d'huile d'olive et y jeter les oignons.
Lorsqu'ils commencent à être bien tendres, ajouter le poulet et le faire sauter 2 à 3 minutes.
Egoutter le riz et l'ajouter dans la sauteuse quand le poulet est cuit, puis verser l'éventuel restant de sauce.
Faire sauter le tout en mélangeant bien une minute de plus.
Poivrer à votre convenance (pas besoin de saler normalement, la sauce soja suffit).

Hors du feu, ajouter la roquette et la coriandre, et hop, déguster !!