Je crois bien qu'en plus de la culinopathie j'ai par mégarde contracté une nouvelle maladie : la thaïopathie. Ca faisait un moment que ça couvait il faut dire, et si vous êtes un lecteur (ou une lectrice) assidu de ce blog, vous n'êtes pas sans avoir remarqué que je ne suis pas rentrée indemne (sur un plan gastronomique s'entend) de mon voyage de l'année dernière au pays du sourire. Mais là, ces derniers temps, ça tourne un peu carrément à l'obsession. Dès que je sors au resto avec des amis ou des collègues, je leur propose de manger Thaï, la nuit je rêve que je suis entrain de déguster des tranches de mangue fraiche accompagnées de riz gluant au lait de coco, j'écume les rayons de la fnac à la recherche DU livre de cuisine Thaï, bref, rien ne va plus.
Je ne vous surprendrai donc pas en vous disant que ce soir j'avais envie de manger ... Thaï.
Le seul problème était que mon dernier raid chez Tang remonte à un certain temps déja, ce qui fait que je me retrouvais un peu short en ingrédients nécessaires à la réalisation de, au hasard, poulet sauté aux noix de cajou, phad thaï ou encore poulet au curry rouge.
Mais, teuteuteu, il en faut bien plus pour m'arrêter quand je suis en proie à une obsession culinaire. C'est donc pleine de confiance que j'ai entrepris de réaliser une soupe thaï avec ce qui me tombait sous la main lors de l'exploration de mes frigo/congélateur/placards.
Alors que la dite soupe était entrain de finir de mijoter, je déclarais à mon n'amoureux, avec qui j'étais au téléphone à ce moment là, "Si c'est trop bon, je mettrai la recette sur Culinopathe".
Vu que vous être entrain de lire ce billet, vous l'aurez compris tout seuls : c'est trop bon.

Soupe thaïsante aux noix de Saint-Jacques



Pour deux improvisés thaïopathes (4,5 points WW) :

- 6 grosses noix de saint-jacques sans corail
- 1l de bouillon de volaille dégraissé
- 50cl de lait de coco
- 2 piments oiseaux
- 1cm de gingembre frais
- 6 à 8 champignons de Paris (selon la taille)
- 2 tomates
- 6 asperges vertes
- 1 échalote
- 1 bel oignon nouveau
- 2CS de nuoc mam
- le jus d'un demi citron vert
- 1/2 bouquet de coriandre

Peler et émincer finement le gingembre.
Hacher les piments oiseaux.
Nettoyer les champignons et les détailler en quartiers pas trop gros (6 à 8 quartiers selon la taille des champignons).
Couper les tomates en gros dés.
Peler et équeuter les asperges et les détailler en tronçons de 3cm.
Emincer l'échalote et l'oignon.
Escaloper les saint-jacques en tranches d'un bon demi centimètre d'épaisseur.
Effeuiller la coriandre.

Dans une casserole, mettre le bouillon, le lait de coco, le gingembre, l'échalote, le piment et porter à ébullition.
Ajouter le nuoc mam, les champignons, les asperges et les tomates et laisser mijoter à feu moyen une dizaine de minutes.

Dans une poêle, faire chauffer un voile d'huile d'olive et y jeter les saint-jacques. Saisir sur chaque face une 30aine de secondes, juste le temps de les colorer.

Verser les saint-jacques dans la soupe ainsi que l'oignon.
Laisser mijoter 2 minutes supplémentaires, puis, hors du feu, ajouter le citron vert et la coriandre.
Mélanger et servir immédiatement.